Comment fabrique-t-on les huiles essentielles
PROCEDES D’OBTENTION

  1. L’expression
  2. La distillation
  3. Extraction au CO2 super critique
  4. Enfleurage
  5. Épuisement par solvant volatils

La distillation 

  1. La distillation à la vapeur d'eau est le procédé le plus ancien. Pour être distillées, les plantes aromatiques sont placées dans un alambic ; sous l'action de la chaleur, l' eau devient vapeur et entraime les molécules aromatiques contenues dans les plantes. Ce mélange passe dans un serpentin de refroidissement. A la sortie, un vase florentin sépare l'Huile Essentielle de l'eau; l'huile étant plus légère (en général) reste à la surface, l'eau aromatique ayant servi à la distillation est séparée de l'huile ; elle s'appelle hydrolat ou eau florale et contient moins de 5% d'Huile Essentielle.  
  1. Les huiles essentielles sont des "principes volatils " (ou essences végétales) contenus dans les végétaux et que l' on extrait en utilisant plusieurs procédés.Le plus souvent :  par distillation simple à la vapeur d'eau des plantes ou de certains de leurs organes. On mélange les plantes, parfois broyées, avec de l'eau, on porte à ébullition dans un alambic et on recueille le distillat ; l'huile essentielle est entraînée par la vapeur d'eau mais elle se sépare très vite de l'eau étant insoluble dans celle-ci ; selon sa densité elle surnage (le plus souvent) ou coule au fond du récipient. Il existe d'autres procédés : distillation à vapeur saturée avec surpression (la température est plus élevée) et distillation par hydro-diffusion (la vapeur d'eau chaude passe à travers la masse de la plante aromatique)  par expression (pressage) le plus souvent après dilacération mécanique : cette technique est essentiellement utilisée pour recueillir l'huile essentielle des peaux (épicarpes) de Citrus (citrons, oranges, mandarines, pamplemousses)  Plus accessoirement :
    Par dissolution dans un corps gras ; c'est la technique de l'enfleurage que l'on peut pratiquer à chaud ou à froid,  par extraction à l'aide d'un solvant (exemples : éther, hexane),  par extraction par le gaz carbonique "supercritique ".  Ces trois dernières techniques permettent d'obtenir des extraits de plantes qui théoriquement ne s'appellent plus huiles essentielles bien que très proches du point de vue chimique ; ce sont les essences concrètes, les résinoïdes, et les absolues (ces dernières sont des produits d'extraction des concrètes et des résinoïdes par l'alcool éthylique (éthanol), la solution éthanolique est filtrée puis distillée, le résidu c'est l'absolu). 

Rendements
Pour obtenir 1 kg d'huile essentielle, il faut :
-Soit 7 kg de boutons floraux de clou de girofle (Eugenia caryophyllus)
- Soit 50 kg de lavandin (Lavandula reydovan)
- Soit 150 kg de lavande vraie (Lavandula angustifolia)
- Soit 1 tonne d'immortelle (Helichrysum italicum)
- Soit 4 tonnes de pétales de Rose de Damas (Rosa damascena)
- Soit 5 à 10 tonnes de mélisse citronnelle vraie (Melissa officinalis)

Les critères de qualités 
pour obtenir une bonne huile essentielle 

La récolteMode de culture : Le mode de culture influence grandement la qualité des huiles essentielles. Seules les huiles essentielles provenant de plantes cueillies à l'état sauvage ou cultivées biologiquement devraient être utilisées à des ,fins thérapeutiques. 
Choix des plantes : Seules les plantes saines de l'espèce recherchée doivent être récoltées.  
Mode de cueillette 
: De préférence, les plantes doivent être cueillies à la main.Cette méthode est plus écologique et permet d'obtenir des huiles essentielles de meilleure qualité.  
Provenance (région d'origine) : Il en est des huiles essentielles comme des vins! Aussi, le terroir où a poussé une plante détermine en grande partie la qualité de l'essence qu'elle produit.  
Stade végétatif: La récolte doit avoir lieu pendant le stade végétatif où la plante est la plus riche en essence. Ce moment varie d'une plante à l'autre. 
Période de la journée : La qualité de l'essence d'une plante varie en fonction de la période de la journée où elle est récoltée. 
Espèce botanique certifiée : Les huiles essentielles utilisées à des fins médicinales doivent impérativement provenir de plantes botaniquement certifiées, c'est-à-dire identifiées par deux noms latins, le latin étant la langue universellement reconnue en botanique.  Le premier nom désigne le genre, par exemple Cupressus; le second, l'espèce: sempervirens, cyprès toujours vert.
 
Agriculture biologique : Elles doivent être toutes issues de l'agriculture biologique.
Commençons par le début : comment peut-on définir simplement un label ? Il s’agit d’une marque collective qui se matérialise sous la forme d’un nom et d’un logo. Plusieurs enseignes peuvent l’utiliser si elles respectent le cahier des charges du label et qu’un contrôle des produits a été effectué dans les normes. L’objectif est de rassurer le client.Deux types de labels existent : les labels officiels publics et ceux privés (on parlera alors de marque ou de mention).

Le label officiel public est reconnu par les pouvoirs publics et il est contrôlé par des organismes indépendants. L’exemple le plus courant est celui du label AB
Le label privé dépend d’un organisme privé (association, entreprise) et n’est pas forcément contrôlé par des organismes indépendants. Par exemple : les labels Nature et Progrès, Cosmos, HEBBD, HECT, …
Attention tout de même : un label privé peut avoir autant de valeurs qu’un label public. Pour en savoir davantage, il faut regarder en détail les cahiers des charges et l’organisme qui contrôle l’obtention du label.

fr French
X